L’éco-conception pour l’efficacité énergétique

Aujourd’hui, on favorise les équipements moins énergivores afin de préserver les ressources et de faire des économies financières.

Dans ce sens, une législation européenne a été développée pour apporter des caractéristiques innovantes en termes de performances énergétiques : on parle d’éco-conception. QuelleEnergie.fr fait le point sur les avancées d’une telle optique.

La notion d’éco-conception

Selon l’ADEME, l’éco-conception se définit par « la volonté de concevoir des produits respectant les principes du développement durable et de l’environnement recourant aussi peu que possible aux ressources non renouvelables en leur préférant l’utilisation de ressources renouvelables ». 

Les concepts de l’éco-conception ont été posés au niveau international en 2002, avec la parution de la norme ISO/TR 14062.

D’après la Commission Européenne, 80% de l’impact environnemental des produits inclus dans la législation est déterminé durant la phase de création et de design.

La législation européenne au sujet de l’éco-conception prévoit ainsi des mesures afin d’améliorer l’efficacité des produits, en éliminant du marché les moins performants, surtout ceux dont l’impact sur l’environnement est considéré comme significativement négatif.

Les produits actuellement concernés par la réglementation sont ceux qui utilisent de l’énergie. Parmi ces appareils on compte les produits d’éclairage, les appareils ménagers, mais surtout les appareils de chauffage et de refroidissement (climatiseurs, dispositifs de chauffage comme les poêles, chaudières, chauffe-eau).

Ces mesures stimulent également la compétitivité industrielle et l’innovation en promouvant une meilleure performance environnementale des produits sur le marché européen.

Les objectifs de l’éco-conception

L’objectif de cette législation est d’encadrer les premières étapes de la conceptiondes appareils, afin que l’énergie consommée durant leur cycle de vie soit considérablement réduite.

On distingue deux types d’exigences de la législation :

  • Exigences spécifiques : fixant des limites précises de consommation d’énergie maximale ou de quantités minimales de matériaux recyclés devant être utilisés dans la fabrication, par exemple
  • Exigences globales : elles peuvent demander que le produit soit économe en énergie ou recyclable, requérir qu’il soit indiqué comment utiliser / entretenir le produit pour limiter ses incidences sur l’environnement

L’introduction de nouvelles exigences minimales peut avoir pour effet d’interdire la vente de tous les produits non conformes dans les pays de l’UE, comme les lampes à incandescence, qui ont été progressivement retirées du marché à partir de 2009.

Retrouvez l’article intégral ICI

Share
This