RSE Lib

Association des acteurs de la Responsabilité Sociétale

La RSE peut-elle intéresser le grand public ?

dossier-corporate-rse-top2dEn amont de la grande conférence Paris Climat, la question est d’actualité pour toutes les entreprises engagées. Si la communication RSE (responsabilité sociétale des entreprises) est habituellement destinée à l’interne et aux parties prenantes, la pression sociétale n’a jamais été aussi forte.

Car en temps de crise, le public est en quête de sens et de valeurs repères. Les opportunités de prises de parole ne manquent pas pour les entreprises, si elles déjouent la tentation du green ou social washing. Un enjeu de taille que nous décryptons dans ce dossier en compagnie d’experts RSE.

UN CONTEXTE MÊLANT CONFIANCE ET SUSPICION

Pour Franck Bigot, président d’OCOM&CO, « les Français sont les champions du monde de la méfiance vis à vis du greenwashing. Comme si les entreprises n’avaient pas le droit de s’engager d’un point de vue environnemental, économique ou social. »

De grandes entreprises qui sont vues comme « très désincarnées, multinationales, dirigées par des personnes peu visibles médiatiquement » selon Serge Michels, président du Groupe Protéines. Sans surprise, pour 80% des français interrogés quant à leur vision de l’agroalimentaire lors d’une étude menée par l’agence : « l’unique but des entreprises serait de gagner de l’argent sans se préoccuper de l’intérêt collectif ». Les entreprises devraient donc se contenter de vendre et de se taire ?

Au delà de cette méfiance épidermique, « la RSE en tant que concept n’a aucun intérêt pour le grand public » selonThomas Guilmoto, consultant pour Mindded. « Pour faire de la RSE un levier d’attractivité et de désirabilité, elle doit s’incarner dans des mesures concrètes, pratiques, quotidiennes et accessibles. Le développement durable a longtemps été perçu comme déconnecté des préoccupations quotidiennes du grand public, et sa communication s’est fondée trop souvent sur un ton alarmiste et culpabilisant. »

Ajoutez à cela la crise depuis 2008, et nous pourrions imaginer que les questions de développement durable ou de consommation responsable ne seraient plus du tout à l’esprit du public et des entreprises.

Au contraire, pour Axel Renaudin directeur général adjoint de M&CSaatchi Little Stories : « Dans la crise aiguë que nous traversons, nous avons tous besoin de nous réfugier dans des valeurs repères. » Thomas Guilmoto confirme : « Deux récentes études sur le comportement des consommateurs français, pour Ethicity /Kantar Media et , traduisent une évolution rapide de l’intérêt des consommateurs pour la RSE. Un Français sur deux déclare intégrer désormais dans ses achats la dimension sociale et environnementale, quand ils n’étaient que 39 % à se dire concernés en 2004, selon l’enquête annuelle Ethicity-Greenflex 2014. »

Retrouvez l’intégralité de l’article ICI

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 7 avril 2015 par dans Revue de Presse.
Follow RSE Lib on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :