RSE Lib

Association des acteurs de la Responsabilité Sociétale

Innovation: méthodes et perspectives

Ex MachinaInnover  ! Une nécessité devenue obsession, notamment pour la « vieille » entreprise. Celle qui vit de ses succès antérieurs et qui doit se renouveler, surtout lorsqu’elle est au faîte de sa réussite.

Or, innover n’est pas toujours chose aisée pour la grande entreprise, prisonnière de structures lourdes et rigides, de stratégies et de procédures de court terme, de cultures autrefois gagnantes mais aujourd’hui dépassées.

De la prise de conscience à la mise en œuvre d’une stratégie d’innovation efficace, il y a un pas que toutes cherchent à franchir en s’inspirant des start-up décomplexées, dynamiques, audacieuses. Les dispositifs pour favoriser les contacts sont multiples : financer des projets, accueillir et accompagner de jeunes pousses dans des structures dédiées, nouer des partenariats, investir…

La grande entreprise « source » ainsi l’innovation (produit ou service) développée par la start-up, le plus souvent à la plus grande satisfaction de cette dernière.

Une démarche plus poussée consiste pour la grande entreprise à s’imprégner de la culture « start-up » pour gagner en compétitivité : se rendre perméable et se forcer à expérimenter, oser prendre des risques et accepter l’échec, renoncer à une rentabilité immédiate.

L’ambition, portée par les dirigeants visionnaires, est de provoquer une remise en cause des modes de fonctionnement de l’entreprise au profit d’approches montantes (qui valorisent l’expérimentation et les initiatives des collaborateurs au plus près du terrain) et de diffuser cette nouvelle culture auprès de l’ensemble des collaborateurs et des parties prenantes.

L’objectif est d’abord et le plus souvent l’innovation technologique, marketing, de business model… Mais l’entreprise ainsi transformée  pourrait gagner le terrain de l’innovation sociétale.

Stratégies bottom of the pyramid.

L’innovation sociétale est celle qui conduit à penser et évaluer l’entreprise non plus sur les seuls critères financiers mais en tenant compte de paramètres environnementaux, sociaux, humains.

Le mouvement est amorcé, notamment dans le domaine environnemental. Les cimentiers, par exemple, ont dépassé le cadre des obligations liées à la Responsabilité sociale de l’entreprise (RSE) pour penser leur développement sur le long terme.

Dans le domaine social, Michelin fait évoluer sa pratique de restructuration d’usines en difficultés non en convoquant les syndicats à négocier un projet élaboré par la direction mais en invitant, quand c’est possible, les parties prenantes (direction locale, salariés, représentation du personnel) à imaginer et à construire collectivement l’avenir du site.

En s’inspirant de stratégiesbottom of the pyramid, Danone a conçu des produits adaptés aux attentes et contraintes d’un marché local (Sénégal) en dépassant les seuls intérêts des actionnaires et des clients. Roche développe des solutions d’accompagnement, facilitant ainsi le parcours de soins des patientes atteintes de cancer du sein au bénéfice de celles-ci mais également de la collectivité.

Ces exemples témoignent de l’émergence d’approches nouvelles.

La « vieille » entreprise n’est à la peine qu’en apparence. Poussée à innover, elle pourrait largement contribuer à réinventer notre monde de demain.

Retrouvez l’intégralité de l’article ICI

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 12 novembre 2015 par dans Revue de Presse, et est taguée .
Follow RSE Lib on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :