RSE Lib

Association des acteurs de la Responsabilité Sociétale

Vie personnelle, vie professionnelle, économie numérique, quel droit disciplinaire ?

Equilibre temps de vieLes nouvelles dispositions légales imposent la prise en compte de l’articulation vie personnelle/vie professionnelle. visant à limiter l’empiétement des impératifs professionnels sur la vie personnelle et, paradoxalement, permettent une extension du pouvoir disciplinaire de l’employeur.

Cette extension est-elle judicieuse dans un monde ou le modèle de l’économie numérique repose sur l’emploi hors salariat ?

Il n’y a plus de frontière étanche entre la vie personnelle et la vie professionnelle, le législateur et le juge en ont pris acte. La porosité entre les sphères personnelles et professionnelles est extrême.

Les technologies de communication, les réseaux sociaux, internet, la messagerie ont envahi tous les espaces tant privés que professionnels, où s’arrête le travail ? Où commence la vie personnelle ?
Le cadre spatio-temporel – tant de l’entreprise que du collaborateur ( peut-on encore parler de salarié ?) ne cesse de croître.

Lieu, temps de travail, technologies s’entremêlent.

Les salariés baignent dans un continuum de communications personnelles et professionnelles qui s’interpénètrent et dont il devient de plus en plus difficile de démêler la partie purement professionnelle.

Il est possible de passer un coup de fil personnel de son poste de travail et un coup de fil professionnel de son domicile, la messagerie personnelle est souvent utilisée pour des contacts professionnels et inversement.

L’équilibre n’est plus satisfaisant, notamment chez les cadres, professions intellectuelles supérieures et professions intermédiaires du fait de l’irruption des ordinateurs portables, tablettes et smartphones et du « cloud computing ». En effet, pour ces catégories professionnelles, le travail s’exporte plus facilement en dehors de l’espace de travail  à la différence des ouvriers et employés.

Le travailleur peut devenir nomade ou télétravailleur. Son travail est quantifié et qualifié en temps réel :

l’entreprise devient de plus en plus un point de synchronisation et de re-connection où est délivrée la feuille de route. Le poste de travail devient virtuel

Prise en compte légale de l’articulation vie personnelle / vie professionnelle

Le sujet est tellement sensible que la nouvelle NAO (négociation annuelle obligatoire) impose de prendre en compte lors des négociations l’articulation entre la vie personnelle et la vie professionnelle pour les salariés (Article L2242-8).

Il faudra déterminer les mesures à mettre en œuvre pour concilier la vie personnelle, la vie professionnelle et les fonctions syndicales et électives (article L2141-5 ), préciser les modalités d’articulation entre la vie personnelle et la vie professionnelle pour les salariés (Article L2242-8).
Lors de la négociation sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et qualité de vie au travail, il faudra préciser comment on entend respecter la vie personnelle et familiale du salarié (Article L2242-18).
Dans le cadre de la Gestion des emplois et des parcours professionnels, il faudra articuler l’activité professionnelle et la vie personnelle et familiale et lors de la mise en place des Conventions de forfait en jours sur l’année (Article L3121-46) préciser les mesures destinées à faciliter la conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle des salariés.
Les mesures de compensation des charges liées à la garde d’enfants (Article L3122-29-1) doivent être précisées lors de la mise en place du travail de nuit … La liste ne cesse de s’allonger. Par ailleurs, le service social du travail doit agir sur les lieux mêmes du travail pour suivre et faciliter la vie personnelle desTravailleurs (Article L4631-2).

Prise en compte judiciaire de l’articulation vie personnelle / vie professionnelle

Cette interpénétration personnelle/professionnelle dans les relations de travail est aussi prise en compte par le juge à qui il est parfois reproché une immixtion dans la vie privée.
Si, selon une jurisprudence constante, un motif tiré de la vie personnelle du salarié ne peut, en principe, justifier une sanction disciplinaire, sauf s’il constitue un manquement de l’intéressé à une obligation découlant de son contrat de travail, on peut noter la tendance du juge à la prise en compte des faits de vie privée à l’appui ou non d’une sanction disciplinaire.
Tout ce qui peut être rattaché à la vie professionnelle dans la vie personnelle pourra justifier l’exercice par l’employeur de son pouvoir disciplinaire sous le contrôle du juge comme le montrent les trois affaires récemment jugées*.

*A retrouver dans l'article intégral

Dans les deux premières affaires, la confusion entre les sphères privées et professionnelles va légitimer un licenciement pour faute grave alors que dans la troisième affaire l’exercice de la liberté d’expression dans la sphère personnelle des salariés en dehors de l’entreprise ne pourra justifier un licenciement dans la mesure ou aucun abus n’a été constaté.

Retrouvez l’intégralité de l’article ICI

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 25 janvier 2016 par dans Revue de Presse, et est taguée , .
Follow RSE Lib on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :