RSE Lib

Association des acteurs de la Responsabilité Sociétale

DES POTAGERS CHEZ ACCORHOTELS

Potagers accordhotelsAujourd’hui, la RSE et le développement durable infusent à tous les niveaux stratégiques des marques.

Interview d’Arnaud Herrmann, directeur du développement durable d’AccorHotels.

La semaine dernière, AccorHotels annonçait son programme de développement durable pour 2020.

Les différents axes évoqués concernent toutes les parties prenantes : les collaborateurs, les clients, les partenaires, les fournisseurs, et les communautés locales.

« Les actions mises en place s’inscrivent dans la continuité de notre plan précédent », explique Arnaud Herrmann, directeur du développement durable. « Nous avons élaboré une série d’études quantitatives et précises auprès de nos clients, notamment autour de la question du développement durable ».

Les résultats montrent que le sujet est bien une préoccupation pour les clients, notamment pour les plus jeunes.

« Ce n’est pas forcément un critère de choix, mais on remarque qu’ils sont prêts à payer plus cher si l’hôtel tient des engagements plus forts en termes de développement durable ».

Et ce n’est pas tout. « Les clients sont prêts à agir à nos côtés, à transposer les efforts qu’ils font chez eux au sein de nos établissements ».

Mais Arnaud Herrmann tient à aller plus loin, en proposant également des gestes que les clients pourront reproduire chez eux. Cela concerne plusieurs types de dispositifs que l’on retrouve de la chambre d’hôtel aux assiettes des restaurants des établissements.

« Nous ne parlons pas seulement de produits bios, mais de produits sains. Par ailleurs, nous allons systématiser une démarche que nous avons déjà mis en place dans l’un de nos hôtels en installant nos propres potagers ».

Depuis deux ans et demi, Arnaud Herrmann constate un changement profond de stratégie au sein du Groupe, en termes d’appropriation du développement durable.

« Il y a une réelle prise de conscience, un véritable renforcement de la prise en compte de ces sujets. Les comités exécutifs s’approprient complètement le développement durable ».

Cela est lié aux nouvelles attentes des clients, mais aussi à un contexte plus général, notamment économique.

« La crise a forcé beaucoup d’acteurs, et pas uniquement sur notre marché, à se concentrer principalement sur leur activité. Aujourd’hui, c’est différent, nous pouvons prêter plus d’attention au sujet ».

Enfin, en ce qui concerne le secteur de l’hôtellerie, le digital a bouleversé les métiers.

« Désormais, l’expérience se retrouve aussi sur internet, cela crée une nouvelle relation avec les clients ». Schématiquement, auparavant, la relation se limitait à quelques jours. Aujourd’hui, entre le moment où le client réserve son séjour et celui où il partage son expérience, il peut se passer plusieurs semaines, voire mois.

Sans compter que les acteurs de l’économie collaborative viennent challenger les modèles établis.« Cela nous pousse encore plus à être dans une logique d’innovation permanente.

Aujourd’hui, la RSE est perçue comme l’un des éléments de solution et de différenciation. Les gens recherchent des expériences chaleureuses, vraies. C’est une promesse que l’on peut assurer ».  

Retrouvez l’article original ICI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 23 avril 2016 par dans Revue de Presse, Témoignage, et est taguée , , .
Follow RSE Lib on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :