RSE Lib

Association des acteurs de la Responsabilité Sociétale

Ce que les Français attendent des patrons

rse-francais-et-patronsN’en jetez plus! Malgré les kilos de rapports annuels, les heures de colloques et les milliers d’euros de publicités, la communication des entreprises sur leur responsabilité sociale et environnementale ne passe pas la rampe.

C’est le rude constat asséné par l’enquête du cabinet d’affaires publiques Comfluence et menée par Ipsos.

56% des 1.000 Français interrogés dans ce sondage déclarent n’avoir « plutôt pas confiance » ou « pas du tout confiance » dans les informations provenant des entreprises lorsqu’elles parlent de diversité.

Concernant l’environnement, le taux de défiance atteint 69%.

Et même 70% pour la préservation de l’emploi.

« Notre enquête montre que les entreprises payent un discours RSE trop cosmétique, trop factice et qui ne convainc pas les Français », estime Jérôme Ripoull, associé fondateur de la société de conseil.

Ces mauvais résultats sont un lourd pavé dans le jardin des directeurs de la communication… pourtant à l’origine de l’étude Comfluence. L’agence a en effet construit le questionnaire avec dix directeurs de la communication, tels Pierre Auberger (Bouygues), Sophie Jayet (Unilever) et Dominique Julien (G7).

Les dircoms ne seront pas davantage rassurés par les autres résultats, qui indiquent un mouvement de défiance à l’égard de la parole patronale: seuls 9% des personnes interrogées font confiance aux patrons de grandes entreprises lorsqu’ils prennent la parole.

Et le taux chute à 5% concernant les leaders des syndicats patronaux. « Ces derniers ont perdu toute crédibilité », commente Jérôme Ripoull. Les chiffres sont d’autant plus durs que, dans le camp adverse, les associations de consommateurs engrangent 77% d’écoute favorable.

Prime à l’authenticité

Les patrons doivent-ils pour autant se résoudre à se taire à jamais?

Pas exactement. L’écoute se fait plus attentive concernant les dirigeants de PME, qui atteignent une cote de confiance à 30%.

« C’est une prime à l’authenticité pour les petits patrons, qui ne sont pas associés à l’élite », estime Jérôme Ripoull.

En outre, lorsqu’ils sont sur leur terrain de compétence, le « business », les chefs d’entreprises font des bons scores. 72% des personnes interrogées sont intéressées lorsqu’ils présentent leurs dernières innovations et 64% lorsqu’ils expliquent les raisons du succès de leur entreprise. Plus étonnant au regard de la défiance exprimé dans l’enquête: le score est le même (64%) lorsqu’ils saisissent les micros pour proposer des pistes de réformes pour améliorer la situation économique et sociale en France.

Retrouvez l’intégralité de l’article ICI

Et un peu plus : LA PAROLE DES ENTREPRISES SUR LA SELLETTE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 27 octobre 2016 par dans Etude, et est taguée , .
Follow RSE Lib on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :