RSE Lib

Association des acteurs de la Responsabilité Sociétale

Objets Connectés, avez-vous une Âme ?

objet-connecte-1500 millions d’objets connectés en 2003 et des prévisions qui tournent autour de 50 milliards en 2020. 12 ans après la 1ère invention, ces objets communicants touchent à tous les domaines d’application si bien que chacun d’entre nous y trouve une utilité.

Peut-on cependant envisager un avenir durable sans objets connectés que ce soit à la maison ou au bureau ?

Annoncés comme la solution incontournable pour améliorer la performance de l’entreprise, piloter la gestion de la consommation énergétique, optimiser les flux logistiques, etc., n’ont-ils pas un côté obscur, une face cachée ?

N’est-ce pas simplement un outil qui fait perdurer notre modèle, un alibi pour redynamiser une économie à bout de souffle ?

Qu’appelle-t-on un objet connecté ?

Un objet connecté est une chose fabriquée par l’homme dont l’usage est d’établir une liaison afin de pouvoir faire passer des informations diverses et variées à un autre objet ou à toute autre chose connectée. A partir de cette définition très large, remontons le temps pour trouver les premiers objets connectés……

L’objet connecté est-il un levier de progrès ?

L’objet connecté participe indéniablement au progrès. Il est créateur de valeur ajoutée dans de nombreux champs d’application  :

  • Dans l’habitat, pour optimiser l’éclairage, le chauffage, contrôler volets roulants, porte de garage, portail d’entrée, arrosage automatique ou encore piloter alarmes de sécurité et vidéo surveillance…
  • Dans l’industrie, ils facilitent la maintenance préventive. Par exemple, la CPCU (réseau de chaleur de Paris) installe des capteurs intelligents pour gérer ses sous-stations, inspecter et anticiper la réparation de ses canalisations.
  • En termes de santé, de nombreux objets connectés sont disponibles sur le marché pour surveiller nos constantes physiques et physiologiques. En milieu hospitalier, ils permettent de répondre au développement de la médecine ambulatoire et d’assurer une meilleure gestion et un meilleur suivi des patients.
  • Dans l’agriculture, l’entreprise américaine Solum s’est spécialisée dans la vente de sondes enterrées. Géo localisées et connectées à Internet, elles mesurent l’humidité des sols et les taux de minéraux et de nitrates pour notamment optimiser l’irrigation et l’usage des fertilisants.
  • Et bien d’autres secteurs : Assurance, Handicap etc…

Vrai ou faux ami du développement durable ?

Alors, avec les 50 milliards d’objets connectés attendus d’ici peu et dont la fabrication nécessite des composants électroniques, ne sommes nous pas en train d’observer un formidable effet rebond ?

Citons rapidement quelques uns des impacts sociaux et environnementaux survenant aux différents stades du cycle de vie de ces objets désormais si présents dans notre vie quotidienne :

Retrouvez l’intégralité de l’article ICI

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 11 novembre 2016 par dans Revue de Presse, et est taguée , , , .
Follow RSE Lib on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :