RSE Lib

Association des acteurs de la Responsabilité Sociétale

A quoi ressemblera l’Europe de l’énergie en 2030 ?

paquet-dhiverLa Commission européenne a présenté ses propositions de production d’énergie renouvelable et d’économies d’énergie à l’horizon 2030.

Ce « paquet d’hiver » gros d’un millier de pages se donne des objectifs trop frileux selon les ONG.

PAQUET. 

Les 28 Etats membres de l’Union européenne n’ont plus que trois ans pour atteindre l’objectif du « trois fois 20 » du « plan climat » de 2008 c’est-à-dire

  • 20% en moins de gaz à effet de serre par rapport à 1990,
  • 20% d’énergie renouvelable en plus et
  • un gain d’efficacité énergétique de 20%.

L’heure du bilan n’a pas encore sonné pour cette première étape qu’il faut déjà se projeter à 2030 tant les politiques énergétiques sont lourdes à mettre en œuvre.

Pour ce nouvel horizon baptisé « paquet d’hiver », la Commission européenne vient de proposer

  • 40% d’émissions de gaz à effet de serre en moins (par rapport à 1990),
  • 27% d’énergie renouvelable en plus et
  • 30% de consommation d’énergie en moins via l’efficacité énergétique et les politiques d’économie.

Les énergies renouvelables

Si les 27% d’énergie renouvelable concernent tous les secteurs y compris les transports encore largement dominés par le pétrole, la moitié de l’électricité devra en revanche provenir du solaire, de l’éolien, des énergies marines ou de l’hydraulique.

La Commission table pour cela sur des marchés de l’énergie donnant un accès équitable à toutes les sources de production. C’est donc la fin de l’accès prioritaire au réseau des énergies renouvelables, Bruxelles estimant que désormais solaire et éolien sont suffisamment concurrentiels pour lutter à armes égales avec le charbon ou le nucléaire.

L’efficacité énergétique

En 2030, l’Europe devra diminuer son appétit de 30% par rapport à aujourd’hui.

La meilleure énergie est celle que l’on ne brûle pas. Fort de ce principe, le « paquet d’hiver » entend « consommer mieux, polluer moins ».

Cet objectif permettra de réduire de 12% les importations de charbon, gaz et pétrole, soit une économie supplémentaire de 70 milliards d’euros par an. Les actions sont déjà en cours :

  • isolation des bâtiments (le secteur représente 40% de la consommation énergétique européenne),
  • amélioration des procédés industriels, écoconception, recyclage des matières,
  • diffusion à grande échelle d’appareils économes et d’éclairage moins gourmand (LED notamment).

En faisant miroiter ces importants gains potentiels, la Commission tend le bâton pour se faire battre. Pourquoi en effet, avec des technologies matures et rentables, ne pas être plus ambitieux? C’est l’avis du Climate Action Network Europe qui trouve la Commission frileuse et plaide pour une baisse de 40% de la consommation.

Retrouvez l’intégralité de l’article ICI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 2 décembre 2016 par dans Revue de Presse, et est taguée , , .
Follow RSE Lib on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :