RSE Lib

Association des acteurs de la Responsabilité Sociétale

La France, un pays minier et pétrolier ?

mines-en-franceOn croyait le temps des mines révolus, et le risque de voir se multiplier les puits de gaz de schiste définitivement écarté.

Pourtant, les pressions politiques et industrielles pour promouvoir un renouveau extractif sont toujours bien réelles, et suivies de faits concrets.

Côté hydrocarbures par exemple, on compte encore 55 permis en cours de validité, et 132 demandes en attente, concernant principalement des gaz et huiles de schiste.

« On en est à la énième proposition de réforme du code minier, mais les différents textes ne répondent en rien aux enjeux posés par le secteur, et ne cherchent pas réellement à l’encadrer. Pendant ce temps-là, les entreprises minières et pétrolières placent tranquillement leurs pions dans toute la France, et continuent le lobbying de couloir. Il est temps que l’avis de populations soit respecté, et leur message est clair : « mines, gaz et huiles de schiste et de couche, ni ici, ni ailleurs ! » ».Juliette Renaud, chargée de campagne sur les Industries extractives aux Amis de la Terre

Les industriels et de nombreux responsables politiques, y compris au gouvernement, multiplient les promesses pour redorer l’image de ce secteur : en France les mines et les forages seront « propres » et « responsables », ils nous libéreront de notre dépendance vis-à-vis de la Chine et de la Russie, et ils créeront une manne d’emplois dans nos territoires.

Pourtant, confrontés à la réalité des faits, à commencer par les lourds passifs miniers encore présents à Salsigne, ou dans le Limousin, ces arguments ne tiennent pas et se révèlent de simples mirages visant à amadouer les populations locales et faire taire les critiques.

De plus, des alternatives concrètes existent comme l’explique Camille Lecomte, chargée de campagne sur les modes de production et consommation responsables : « Pour réduire notre dépendance, au lieu de rouvrir des mines, il convient de réduire notre consommation notamment en allongeant la durée de vie de nos biens et en donnant plusieurs vies aux matières déjà prélevées grâce au recyclage. ».

Juliette Renaud conclut : « Si l’on veut rester en dessous des 1,5°C de réchauffement climatique, tout investissement dans les énergies fossiles doit cesser immédiatement (5). Cela veut dire, plus aucun permis octroyé ou prolongé, et cela inclut les investissements dans le secteur du gaz, qui est actuellement promu comme une « énergie propre », de « transition ». La France et l’Union européenne doivent arrêter de soutenir les infrastructures qui nous enferment dans notre dépendance à ces énergies du passé, comme le terminal méthanier de Dunkerque, qui pourrait très bientôt être la porte d’entrée aux importations de gaz de schiste américain ».

Retrouvez l’intégralité de l’article ICI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 9 décembre 2016 par dans Etude, et est taguée , .
Follow RSE Lib on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :