RSE Lib

Association des acteurs de la Responsabilité Sociétale

Loi Sapin II : Des dispositions novatrices pour lutter contre la corruption?

loi-sapin-ii-volet-anti-corruption-lutteParmi ses trois volets que sont la transparence, la lutte contre la corruption et la modernisation de la vie économique, celui qui retient particulièrement l’attention des entreprises est, sans conteste, celui afférent à la lutte contre la corruption.

Avant de comprendre le contenu des obligations spécifiques imposées aux entreprises dans ce volet, il est nécessaire de rappeler le contexte plus large de cette loi qui s’inscrit dans le prolongement des principes directeurs de l’OCDE et de son  plan de lutte contre l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices.

La lutte contre la fraude à tous les niveaux et sous tous ses aspects est le nouveau credo politique de nos gouvernements devant le constat alarmant de l’OCDE et de l’Union européenne sur ce thème.

Rappelons que l’indice de perception de la corruption qui mesure les niveaux perçus de corruption du secteur public dans le monde entier indiquait en 2015 que 68% des pays dans le monde devait gérer de graves problèmes de corruption. La moitié de ces pays était des pays du G20.

Mais quel est exactement le contenu de ce volet anti-corruption ?

L’article 17 du projet de loi dispose que

« les présidents, les directeurs généraux et les gérants d’une société employant au moins cinq cents salariés, ou appartenant à un groupe de sociétés dont la société mère a son siège social en France et dont l’effectif comprend au moins cinq cents salariés, et dont le chiffre d’affaires ou le chiffre d’affaires consolidé est supérieur à 100 millions d’euros sont tenus de prendre les mesures destinées à prévenir et à détecter la commission, en France ou à l’étranger, de faits de corruption ou de trafic d’influence. »

Ces mesures recouvrent :

  • Un code de conduite à l’attention des salariés, annexé au règlement intérieur ;
  • Un dispositif d’alerte interne permettant le recueil des signalements émanant de salariés de la société, et relatifs à des manquements au code de conduite.
  • Une cartographie des risques sous forme de documentation destinée à analyser et hiérarchiser les risques d’exposition de la société en fonction notamment des secteurs d’activités et des zones géographiques dans lesquels la société exerce son activité ;
  • Des procédures d’évaluation de la situation des clients, fournisseurs de premier rang et intermédiaires au regard de la cartographie des risques ;
  • Des procédures de contrôles comptables permettant de s’assurer que les livres, registres et comptes ne sont pas utilisés pour masquer des faits de corruption ou de trafic d’influence ;
  • Un dispositif de formation destiné aux salariés les plus exposés aux risques ;
  • Un régime disciplinaire permettant de sanctionner les salariés en cas de violation du code de conduite ;
  • Enfin un dispositif de contrôle et d’évaluation interne des mesures mises en œuvre.

Il est par ailleurs précisé que lorsque la société établit des comptes consolidés, les obligations portent sur la société elle-même ainsi que sur l’ensemble de ses filiales.

En cas de manquement constaté, la commission des sanctions peut surtout prononcer une sanction pécuniaire dont le montant ne peut excéder 200 000 € pour les personnes physiques et un million d’euros pour les personnes morales.

La commission des sanctions peut également ordonner la publication, la diffusion ou l’affichage de la décision d’injonction ou de la sanction pécuniaire.

Il s’agit donc pour les entreprises concernées de mettre en place un programme global de mise en conformité et de contrôle prenant appui sur l’institution de procédures et de documentation internes. L’idée qui sous-tend ces mesures est simple: obliger les entreprises à se donner, le cas échéant, les moyens d’effectuer la démonstration de leur ignorance de la corruption.

Or, comment démontrer que l’entreprise ignorait la corruption au sein même de son entreprise ? Comment justifier de cette preuve négative ?

Il s’agit ainsi d’astreindre les entreprises à s’assurer qu’elles n’ont pas participé à une action de corruption ou, si elles y ont participé, à justifier que cette corruption s’est effectuée à leur insu en dépit de la politique de prévention instaurée.

Ce dispositif rappelle d’ailleurs celui que les entreprises ont déjà pu mettre en place en TVA pour lutter contre la fraude Carrousel, à la différence près que les sociétés de bonne foi avaient dû se l’imposer à elles-mêmes pour être en mesure de justifier, auprès de l’administration fiscale, leur ignorance légitime de la fraude.

Mais qu’en est-il alors de la lutte contre la corruption ? Les sociétés ont-elles déjà mis en place des processus et une documentation visant à atteindre cet objectif?

Il est intéressant d’avoir le point de vue d’un groupe tel Unilever dont l’entité française, Unilever France, entre pleinement dans le champ des obligations de la loi Sapin II. Ainsi, au sein de ce groupe, existe déjà des processus de lutte contre la fraude et la corruption. Un Code de conduite des affaires, rendu publique, affirme ainsi 24 valeurs en toute transparence telles que la lutte contre la corruption, contre les conflits d’intérêts, la pratique des cadeaux et le blanchiment d’argent. Il est complété par des Règles de conduite qui présentent un cadre simple au travers de la présentation de devoirs et d’interdictions.

Retrouvez l’intégralité de l’article ICI

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 10 décembre 2016 par dans Revue de Presse, et est taguée , .
Follow RSE Lib on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :