RSE Lib

Association des acteurs de la Responsabilité Sociétale

Fashion Week de Paris : Cinq solutions pour s’habiller responsable

Novethic vous propose cinq solutions pour rendre votre garde-robe climato-compatible. Car, on ne le sait pas assez, mais la mode est la deuxième industrie la plus polluante au monde.

Il faut 6 800 litres d’eau pour fabriquer un seul jean, 150 kilogrammes de pesticides pour produire un t-shirt en coton et 200 à 400 ans pour qu’un vêtement en fibres synthétiques soit biodégradé… Selon l’Institut danois de la mode, la mode est ainsi la deuxième industrie la plus polluante du monde, après celle du pétrole. Et elle pourrait même bientôt truster la première place puisque la consommation de vêtements va progresser de 63% d’ici 2030.

Des solutions existent pourtant pour promouvoir une mode responsable et durable. Elles tendent à se démocratiser à un moment où le consommateur souhaite donner plus de sens à ses achats.

« Il y a une perte de confiance depuis dix ans du consommateur envers les entreprises. Il se pose de plus en plus de questions sur l’origine et la robustesse des textiles ainsi que sur le respect des droits de l’Homme », explique Marlène Morin-Lallemand du cabinet Greenflex.

1 – Je m’abonne à une box de vêtements

Que diriez-vous si vous pouviez recevoir tous les mois une sélection d’articles à louer ? Hylla, lancé en début d’année, propose une penderie partagée, avec des vêtements d’occasion ou réalisés par des créateurs responsables à partir de matières recyclées. Le principe est simple : on s’abonne en ligne (35 euros par mois) et on sélectionne les vêtements qu’on souhaite louer pour un mois. Les frais d’envoi et de retour ainsi que le nettoyage sont gratuits. Et si jamais on s’est entiché d’un pull, on peut toujours décider de l’acheter.

2- Je participe à un vide-dressing

L’expert en la matière, c’est le collectif Violette Sauvage. En quelques années, il est parvenu à se faire un nom parmi les fashionistas qui ne ratent pas un seul rendez-vous. Il faut dire que pour assurer leur succès, les organisateurs trient les vendeurs d’un jour sur le volet. Leurs articles doivent être irréprochables et de marque (de Mango à Carven en passant par Maje ou Topshop), la fourrure et les contrefaçons étant bannies.

3 – J’opte pour des vêtements faits à partir de matière recyclée

Draps, rideaux, nappes, housses de couette… La marque « Les Récupérables » récupère tout ! Depuis 2014, elle propose des vêtements fabriqués à partir de tissus collectés dans des ressourceries et des organismes solidaires comme Emmaüs. Les créations sont réalisées sur commande en série limitée par de petits ateliers parisiens ou des ateliers d’insertion.

4 – J’achète moins de vêtements mais plus résistants

Moins mais mieux, c’est le credo de Loom. « On crée nos vêtements en revenant à l’essentiel : longueur des fibres, qualité du tissage, solidité des coutures. Puis on les teste et on les re-teste en laboratoires pour s’assurer qu’ils traversent les années », explique la marque sur son site Internet. Elle s’était fait connaître, il y a quelques années, grâce à une infographie qui retraçait le cycle de vie d’un t-shirt.

5 – Je loue ma robe de soirée

Et pour les grandes occasions, pensez à louer votre robe de soirée plutôt que d’investir dans un vêtement que vous allez au final très peu porter. De nombreux sites proposent désormais un tel service : Les Cachotières, 1 Robe pour 1 soir, C’est ma robe, Ma bonne amie…

Retrouvez l’intégralité de l’article ICI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 29 septembre 2017 par dans Revue de Presse, et est taguée , .
Follow RSE Lib on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :