RSE Lib

Association des acteurs de la Responsabilité Sociétale

Pro bono : tocade managériale ou nouvelle forme d’engagement ?

Le développement du pro bono (mécénat de compétences d’entreprise) répond à des besoins de fond. Il est là pour durer, et ce pour quatre raisons : il répond à la demande exprimée par les salariés, à celle des entreprises, au désengagement de l’Etat et au besoin d’ancrage des politiques RSE dans le corps social. Et cependant, des questions clés restent en suspens à ce jour…

Le pro bono nous vient des Etats-Unis. Il représente une composante essentielle des politiques de CSR (corporate social responsibility, en français responsabilité sociétale des entreprises ou RSE) d’inspiration philanthropique. Il s’acclimate progressivement en Europe et en particulier en France, au sein d’une culture et d’une histoire de la RSE bien différente.

Pro bono : une tentative de définition

La signification latine du terme pro bono publico, « pour le bien public », ne suffit pas à le définir. En première analyse, il s’agit d’une forme de relation non marchande qui englobe le bénévolat de compétences et le mécénat de compétences.

C’est donc la troisième des formes de mécénat ou de bénévolat reconnues en France : financier, en nature ou de compétences. Plus précisément, le pro bono désigne l’engagement de volontaires qui mettent gratuitement une partie de leur temps et de leurs compétences professionnelles, sous forme de missions, au service de projets d’intérêt général (ou plus rarement de personnes dans le besoin).

Il prolonge donc une pratique plus ancienne en France, la mise à disposition des salariés : du temps offert sur le temps de travail pour un engagement associatif.

Pro bono : une affaire qui marche

Le pro bono se situe sur une pente ascendante. Certes, il souffre encore d’un déficit de notoriété : 19 % des Français savent définir le bénévolat de compétences, mais seulement 9 % le mécénat de compétences et 6 % l’engagement pro bono (d’après le Baromètre du Pro Bono ; Sondage Ifop pour Pro Bono Lab, août 2016, réalisé sur un échantillon de 1501 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus). Mais il bénéficie de deux atouts majeurs :

  • Il est déjà ancré dans la pratique des entreprises. Certes, les personnes qui s’impliquent dans le bénévolat le font très majoritairement (70 %) en aidant une structure ou un particulier dans des tâches qui ne sont pas en rapport avec leurs compétences professionnelles ou personnelles.
  • Il est très largement soutenu par les Français, qui y voient une innovation intéressante (pour 86 % d’entre eux)…

Le dynamisme du pro bono s’exprime sur fond de progression régulière du bénévolat associatif, pratiqué en France par 13,2 millions de personnes en 2016, soit un taux d’engagement de 25 %, en progression régulière (23 % en 2010, 24 % en 2013 ; chiffres extraits de L’évolution de l’engagement bénévole associatif, en France, de 2010 à 2016 ; Etude France Bénévolat, d’après le sondage IFOP, mars 2016).

Le pro bono est présenté par certains comme une nouvelle mode managériale et n’est en rien l’une de ces tocades qui rejoindra bientôt le cimetière des pratiques de gestion en désuétude. Il répond à des besoins de fond et s’ancrera durablement dans les politiques de RSE et de GRH des entreprises, et ce pour quatre raisons :

  1. Les salariés veulent désormais travailler dans des entreprises responsables.
  2. Les entreprises ont entendu le message
  3. Le retrait de l’Etat joue un rôle d’accélérateur
  4. Le pro bono fournit un point d’ancrage de la RSE dans le corps social

Quelques questions clés sont laissées en suspens…

Le développement du pro bono apparaît comme une réponse positive et utile, dès lors qu’il s’intègre à la politique de RSE et de GRH. Pourtant, il pose aussi des questions dont je constate qu’elles sont trop souvent esquivées. En voici quelques exemples :

Retrouvez l’intégralité de l’article ICI

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 7 juillet 2017 par dans Etude, Revue de Presse, et est taguée , , .
Follow RSE Lib on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :