RSE Lib

Association des acteurs de la Responsabilité Sociétale

Artificialisation des sols : L’équivalent de six fois la surface de Paris disparaît…

Cette semaine a été agitée par la mise en place d’une éventuelle « taxe béton » sur les nouvelles constructions. La piste avancée par Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire, a finalement été invalidée par le gouvernement qui dit vouloir se laisser un temps de réflexion. 

Maisons individuelles, routes, parkings, centres commerciaux… L’artificialisation des sols est repartie à la hausse depuis 2015.

Chaque année, ce sont entre 50 000 et 60 000 hectares de surfaces agricoles qui sont transformées. C’est l’équivalent de six fois la surface de Paris qui disparaît chaque année et d’un département français tous les cinq à six ans. « À ce rythme, un cinquième du potentiel agricole français aura été perdu entre 1960 et 2060 », alerte la fédération nationale des Safer (Sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural).

« Cette consommation de terres agricoles est irraisonnée, réagit Emmanuel Hyest, son président. Nous protégeons d’ores et déjà les forêts et les espaces de biodiversité remarquable. Nous devons, de même, protéger les sols agricoles, en priorité ceux qui présentent le meilleur potentiel. C’est indispensable pour s’adapter au réchauffement climatique et réduire le déficit européen de terres agricoles. »

Les maisons individuelles dans le viseur

Le nombre de transactions notifiées aux Safer, qui portent sur des terrains agricoles qui deviennent constructibles ou aménageables, est en hausse de 22 % en 2016, après une croissance de 3,8 % en 2015. Les constructions individuelles sont responsables de l’artificialisation de près d’un hectare sur deux. Cela tient à la croissance de la population, et, en partie, à des choix privilégiant la maison individuelle. Viennent ensuite les réseaux routiers, puis les infrastructures agricoles.

Pas de taxe béton en 2018

Face à ce constat, Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire, a annoncé dans une interview à La Gazette des Communes puis au Parisien, qu’il étudiait « une nouvelle source de financement avec un intérêt double : lutter contre l’artificialisation des sols et contribuer notamment à financer la préservation de la biodiversité. C’est une réflexion que j’ai proposée au Premier ministre, qui m’a invité à y travailler ».

Au niveau européen, une pétition intitulée “Appel du sol” est portée par 400 organisations afin d’aboutir à une directive-cadre sur les sols. En France, la loi Alur permet aux communes de déterminer sur une parcelle la surface réservée à la biodiversité. Le sujet préoccupe en tout cas les citoyens. Selon un sondage Ifop dévoilé par le WWF France, 78 % des Français se disent ainsi favorables à un moratoire sur l’artificialisation des terres agricoles dès 2020.

Retrouvez l’article intégral ICI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 17 octobre 2017 par dans Revue de Presse, et est taguée , , .
Follow RSE Lib on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :